Scroll to top

Nouvelles de l’infolettre de Placement Premier Soin – Décembre 2019

Une infirmière retraitée qui parcourt le monde!

Colombe Lefebvre est une véritable passionnée du voyage, et ce, depuis son adolescence. Depuis 10 ans, la globe-trotter de 67 ans travaille à temps partiel pour pouvoir voyager aux quatre coins de la planète… Portrait d’une femme qui a le vent dans les voiles!

Une aventurière dans l’âme

Colombe LefebvreÀ 57 ans, trois mois après sa retraite, Mme Lefebvre est retournée travailler 3 jours par semaine afin de pouvoir vivre pleinement ses nombreux projets de voyage. Ainsi, depuis 10 ans, elle parcourt le monde accompagnée de son mari. En raison de deux à trois voyages ou croisières par année de cinq semaines environ, l’infirmière retraitée peut vivre pleinement sa véritable passion.

Le dernier voyage du couple remonte au printemps dernier. Ils sont alors partis en croisière depuis le Brésil. Ils ont effectué la traversée de l’océan Atlantique pour accoster dans les ports du Maroc et à Lisbonne, au Portugal. 2020 s’annonce une année bien remplie également… « Nous irons en Nouvelle-Calédonie, aux Fidji et en Tasmanie. Et un mois après, ce seront les îles Maurice, Israël et Venise », énumère-t-elle. Préférant demeurer discrète sur le nombre de pays visités, elle confie que « son tour du monde est très avancé ».

Nous saluons cette globe-trotter et lui souhaitons de réaliser tous ses rêves de voyage dans les prochaines années!

Source : journaldequebec.com

Une chaire de recherche pour offrir de meilleurs soins infirmiers aux Autochtones

La Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal a annoncé le 19 novembre dernier la création de la Chaire de recherche autochtone en soins infirmiers. Dotée d’une subvention de plus d’un million de dollars sur cinq ans, cette chaire de recherche vise à améliorer les soins infirmiers offerts aux Premières Nations et aux Inuits du territoire québécois.

Des inégalités persistantes

« Les services de santé ne répondent pas aux besoins des Premières Nations et des Inuits. Une des causes des inégalités est le racisme systémique résultant des effets persistants de la longue histoire du colonialisme canadien. De plus, les infirmiers et infirmières ne reçoivent pas une formation adéquate pour comprendre les répercussions du colonialisme sur la santé et les services offerts et bien interagir avec les personnes autochtones », explique Amélie Blanchet Garneau, professeure et spécialiste de la « décolonisation des pratiques cliniques ».

C’est pourquoi Mme Blanchet Garneau vise à établir des approches durables et équitables, « des pratiques sages », pour que le système de santé mette de l’avant des soins appropriés et sans parti pris aux Autochtones.

Une initiative de l’ISA

La Chaire est une initiative de l’Institut de la santé des Autochtones (ISA) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). L’ISA a pour mission de « jouer un rôle de leader dans le développement des capacités de recherche des Premières Nations, des Inuits et des Métis, et soutenir les partenariats et les alliances entre les collectivités autochtones et les groupes de recherche en santé aux échelons local, régional, national et international ».

Il appuie la recherche « qui respecte les valeurs, croyances et cultures autochtones, tout en générant de nouvelles connaissances visant à améliorer la santé et le bien-être des Autochtones ».

Des membres des communautés intégrés à l’équipe

Afin de bien documenter leur recherche et de mieux comprendre tous les aspects des soins prodigués aux Autochtones, quatre aînés des nations innue, attikamek et mohawk ont été intégrés à l’équipe de chercheurs universitaires.

Placement Premier Soin tient à saluer les efforts des chercheurs qui veulent réellement améliorer les soins infirmiers offerts aux Autochtones du Québec!

Source : nouvelles.umontreal.ca