Scroll to top
en fr

Reconnaître l’épuisement professionnel chez les infirmières

Bien que le stress fasse partie de la réalité des professionnels en soin, t’investir dans ton travail ne devrait jamais être au prix de ta santé. Des conditions de travail difficiles et le stress chronique qu’elles engendrent peuvent mener à l’épuisement professionnel chez les infirmières. 

La pandémie de COVID-19 a ajouté une grande pression sur le personnel soignant , ce qui n’est pas sans conséquences. D’ailleurs, selon les données avancées par Statistique Canada, 7 travailleurs de la santé sur 10 ont déclaré une détérioration de leur santé mentale pendant la pandémie de COVID-19.

Comment reconnaître les signes de l’épuisement professionnel des soignants? Quels sont les traitements possibles? Nous te disons tout dans cet article et te donnons également une liste d’outils pour t’aider.

Qu’est-ce que l’épuisement professionnel?

Encore appelé “burnout”, l’épuisement professionnel se caractérise, selon l’Organisation mondiale de la santé, par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».

L’épuisement professionnel chez les infirmières

L’épuisement professionnel chez les infirmières est un phénomène courant. Bien qu’il ait été exacerbé par la pandémie, il existait déjà bien avant. Il importe plus que jamais de savoir le prévenir et le reconnaître. Ne sois pas le cordonnier mal chaussé! Si tu veux pouvoir continuer à prendre soin de tes patients avec le sourire, tu dois d’abord prendre soin de toi.

En savoir plus sur l’épuisement du personnel infirmier

Savoir reconnaître les signes avant-coureurs de l’épuisement

Dans la profession infirmière comme dans les autres corps de métier, l’épuisement professionnel se produit insidieusement et s’installe sur des années, d’où l’importance d’être attentive à certains signes avant-coureurs :

  • absences et retards répétés, 
  • diminution de productivité/rendement, 
  • augmentation du nombre d’erreurs, 
  • diminution de motivation, 
  • augmentation des accidents de travail, 
  • difficultés de concentration et de mémoire, 
  • fatigue, 
  • négligence de ton apparence ou des soins personnels,
  • impatience, 
  • irritabilité accrue et inhabituelle,
  • manque de collaboration, 
  • pleurs,
  • isolement, 
  • problèmes interpersonnels, 
  • postures de travail inappropriées.

Si tu présentes plusieurs de ces signes, n’hésite pas à consulter ton médecin. Tu peux aussi contacter le département de santé et sécurité au travail de Placement Premier Soin qui saura te conseiller et te diriger vers des programmes ou des services d’aide disponibles. 

Les traitements possibles

Le traitement de l’épuisement professionnel a pour but de te faire retrouver ta santé et de trouver une façon d’effectuer ton travail d’infirmière de façon satisfaisante, sans t’épuiser. Les différentes options sont :

– un arrêt de travail pour te permettre de te reposer mais, le repos seul ne suffit pas;

– un changement d’environnement de travail;

– des modifications aux habitudes de vie;

– un changement du sens que tu accordes au travail;

– une thérapie pour t’aider à découvrir ce qui te cause du stress et comment y faire face.

Il est important d’apprendre à écouter ton corps et à t’arrêter pendant qu’il est encore temps. N’oublie jamais qu’en dehors de ton travail, tu as une vie, une famille, des enfants. Prendre soin de toi devrait être ta priorité. Comment pourras-tu prendre soin des autres si tu n’es pas toi-même bien?

À ce sujet, je t’invite à lire ce livre devenu rapidement un bestseller international : The Top Five Regrets of the Dying (Les 5 plus grands regrets des personnes en fin de vie). Il a été écrit par Bronnie Ware, une infirmière australienne ayant travaillé de nombreuses années en soins palliatifs. Au fil des années, elle a interrogé ses patients sur leurs plus grands regrets au soir de leur vie. Voici les 5 qui revenaient le plus :

1- J’aurais aimé avoir le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi.

2- J’aurais dû travailler moins.

3- J’aurais aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments.

4- J’aurais aimé garder le contact avec mes amis.

5- J’aurais aimé m’accorder un peu plus de bonheur.

Avoue que cela fait réfléchir…

Des outils pour t’aider à aller mieux

Aller mieux… à ma façon  

Développé par l’équipe du Laboratoire Vitalité de l’Université du Québec à Montréal, l’organisme Relief – Le chemin de la santé mentale, et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, c’est un outil gratuit qui permet d’identifier des moyens pour aller mieux et prendre soin de sa santé mentale. Il a été initialement conçu pour les personnes vivant des difficultés en lien avec l’anxiété, la dépression ou le trouble bipolaire.

En savoir plus sur l’outil Aller mieux… à ma façon 

Évaluateur de santé mentale 

Cet outil a été développé par l’Association canadienne pour la santé mentale, il s’agit d’une série de questions réparties en 5 rubriques : 

  • capacité d’aimer la vie
  • résilience
  • équilibre
  • accomplissement personnel
  • souplesse

Attention, il ne s’agit pas d’un test de diagnostic. Pour celà, tu dois consulter un professionnel.

Découvrir l’Évaluateur de santé mentale

La ligne d’écoute de l’organisme Écoute Entraide

Accessible 7 jours par semaine, de 8 h à 22 h, cette ligne d’écoute est offerte à toute personne qui vit des moments difficiles : anxiété, dépression, séparation, tristesse, solitude, idées suicidaires, problèmes familiaux, etc.

Région de Montréal : 514 278-2130

Extérieur de Montréal, sans frais : 1 855 EN LIGNE (365-4463)

En savoir plus sur l’organisme Écoute Entraide

 Placement Premier Soin a à cœur la santé et le bien-être de ses ressources

Placement Premier Soin accorde une grande importance à la prévention de l’épuisement professionnel chez ses infirmières et chez toutes ses autres ressources. Ne dit-on pas que mieux vaut prévenir que guérir? Dans cette optique, plusieurs mesures visant à assurer la santé et le bien-être de ses ressources ont été mises sur pied :

  • la liberté de choisir ton horaire, ce qui permet une meilleure conciliation travail-famille;
  • la création d’un département de santé et sécurité au travail dont la mission est de s’assurer de ta santé et ton bien-être; de te conseiller et te renseigner sur les services disponibles selon ta situation particulière;
  • l’obligation de ne pas excéder 40 h/semaine, parce que prendre du temps pour toi et pour ta famille est tout aussi important.

Le burnout chez le personnel soignant est un phénomène bien réel. Savoir le reconnaître permet d’éviter de lourdes conséquences. Souviens-toi que t’investir dans ton travail ne devrait jamais être au prix de ta santé.

Note : L’usage du genre féminin a pour but d’alléger le texte et d’en faciliter la lecture.